• Accueil
  • > Khouribga : Elections biaisées et intimidations, comme au bon vieux temps

Khouribga : Elections biaisées et intimidations, comme au bon vieux temps

photocorruption.jpg Khouribga : Elections biaisées et intimidations, comme au bon vieux temps  moz-screenshot-2moz-screenshot-3moz-screenshot-4 corruptionelections.jpg En me présentant comme candidat aux législatives du 7 septembre je pensais naîvement pouvoir d’abord réaliser un rêve vieux de trente ans : vivre les moments forts d’une consultation populaire libre et transparente, puis pouvoir ensuite contribuer, à la mesure des moyens dont peut disposer un député, à l’édification du Maroc de la prospérité, de la modernité et de la démocratie.

Ce sont là les rêves et les ambitions, somme toute légitimes je dirais, de tout citoyen militant, patriote, intègre, démocrate, socialiste, moderniste et normalement constitué.

On verra comment ces rêves ont été transformés en cauchemars par ceux là même qui sont sensés gérer l’administration provinciale selon les nouveaux standards de transparence et de démocratie.

Le Maroc de la réconciliation, de la liberté d’expression et des grands chantiers des droits de l’homme, le Maroc de la construction démocratique, celui des grands chantiers autoroutiers, des grands chantiers portuaires, et de l’éradication de l’habitat insalubre, le Maroc de la réduction des disparités sociales et de la promotion de la femme comme composante essentielle et incontournable du développement humain….ce Maroc là, oui j’y crois et fort. Et c’est cette foi inébranlable en ce Maroc possible qui, justement, a induit toute ma fougue participative.

Une élection législative se prépare longtemps à l’avance ça je le savais comme je savais aussi que je me présentais dans l’une des circonscriptions les plus difficiles du pays : elle est presque aussi grande que le Liban, et représente un patchwork tribal des plus nuancés.

A cela il faudrait ajouter les difficultés liées à l’enclavement de la région, à la désastreuse gestion communale dont pâtit toute la circonscription depuis des lustres, à l’énorme déficit en matière d’infrastructures de base, à l’analphabétisme, à l’absence de culture politique, au chômage qui touche pratiquement 4 jeunes sur 5, à l’inexistence d’espace de divertissement et de culture, à la sécheresse qui a marqué cette année cette région plus que les autres ….un enfer électoral en somme.

A elles toutes réunies ces considérations n’étaient pas suffisantes pour me convaincre de la difficulté ou de l’impossibilité de l’entreprise.

Tout a été donc prévu et toutes les dispositions ont été prises pour que je mène ma campagne électorale dans les meilleures conditions possibles.

Au préalable il fallait d’abord inciter les citoyens à aller voter le 7 septembre en leur expliquant qu’il y a eu rupture avec les pratiques du passé. Par le biais d’un discours argumenté, simple et dit dans un langage maison je suis arrivé avec plus ou moins bien de réussite à convaincre un large pan de l’électorat de la nécessité d’aller voter pour renouveler les élites à même d’accompagner le pays dans sa transition démocratique et dans son essor de développement. Ce ne fut pas facile à faire dans cette région ou les citoyens trompés, un peu plus qu’ailleurs, pendant quatre décennies, ne croyaient plus en rien. Les partis ils s’en foutent depuis un bout de temps déjà et les mettent tous à la même enseigne. C’est dire tout le jeu de massacre qui a été opéré en profondeur pour creuser un fossé quasi infranchissable entre citoyens et partis.

Néanmoins tout au long de cette période de pré campagne électoral ma satisfaction était grande. J’irais jusqu’à dire que tout allait au-delà de mes espérances.

Mais c’était compter sans la fourberie et l’indélicatesse de quelques agents d’autorité rodés à bonne école aux techniques de manipulation des élections et de leurs acolytes plus mafieux que candidats.

Couacs et grains de sable :

  • Un Ministre, député sortant et candidat à une nouvelle députation dans la deuxième circonscription de la province, parade pendant plusieurs semaines, en toute illégalité et qui plus est accompagné du gouverneur, sur toute l’étendue de la province. Si ce n’est pas une campagne avant l’heure, dites moi alors ce que c’est ? La caution d’un gouverneur ne passe pas inaperçue pardi ! Je sais que c’est pour avoir dénoncé publiquement et à la face du Ministre en question ces irrégularités qu’on me fait payer aujourd’hui un prix cher pour mon  » arrogance citoyenne  »
  • Le deuxième vice président du conseil municipal de Khouribga, candidat également à la députation, se voit déléguer tous les pouvoirs par son président et en use jusqu’à la moelle pour influencer les électeurs. L’ensemble des ressources humaines et matérielles du conseil sont utilisées en toute impunité, au vu et au su des autorités provinciales, dans une pré campagne que les citoyens n’oublieront pas de sitôt. Il serait peut être utile aussi de se poser des questions sur la provenance de la richesse du deuxième vice président de cette commune. Une question que ne se posent pas les citoyens Khouribgis. Ils savent ! Utile aussi de savoir la nature des rapports qui lient ce sieur au secrétaire général de la province et qui certainement vont au-delà du simple partage de tagines quotidiens que s’offrent les deux dans le bureau du second nommé.
  • Le refus d’intervention ou l’intervention délibérément tardive des autorités pour constater les infractions commises avant et pendant la campagne électorale par les candidats véreux mais aux largesses avérées.
  • L’achat massif de cartes d’électeurs en plein jour, au vu et au su de tout le monde là encore, sans que les autorités concernées ne bougent le petit doigt. On parle de plus de quatre mille cartes d’électeurs achetées. L’objectif visé était de réduire le taux de participation dans les zones d’influence d’autres candidats.
  • Les intimidations d’électeurs et autres stratagèmes utilisées en dehors et dans les bureaux de vote pour influencer la volonté des citoyens.

A cette liste non exhaustive des scandaleuses irrégularités qui ont entaché le scrutin législatif du 7 septembre 2007 j’ajouterais les intimidations dont j’ai fait l’objet pour m’empêcher de tenir une conférence de presse le samedi 08 septembre 2007. Ces intimidations qui avaient toutes les allures de celles qui avaient cours à une époque que nous pensions révolue ont pris diverses formes : téléphone sur écoute, domicile surveillé par des sbires d’une stupidité effarante, filature par des voitures banalisées, fourgonnette de police devant le siège local du parti, intimidation des journalistes et correspondants qui avaient été contactés pour assister à la dite conférence de presse….

Selon des informations que j’ai pu recueillir auprès de sources proches des autorités locales il semblerait que ces dernières voulaient à tout prix éviter que des informations concernant cette manipulation électorale n’arrivent en haut lieu. Et comme une visite de Sa Majesté Le Roi à Khouribga est prévue pour ce dimanche 09 septembre, je comprends alors que ces fossoyeurs aient la trouille.

Mais ce n’est que partie remise, parce que cette conférence de presse aura bien lieu dus-je pour cela aller la tenir au pôle nord.

Les marocains doivent impérativement savoir qu’il est un lobby de nostalgiques de l’ère Basri qui s’emploie à vouloir semer le doute dans leur esprit, un lobby d’empêcheurs de la construction démocratique qui par leur comportement avant et pendant la campagne électorale ont grandement contribué à l’abstentionnisme qui a marqué les élections du 07 septembre 2007.

Je ne peux m’empêcher de penser que ce sont ces procédés qui font le lit de l’extrémisme sous toutes ses formes.

Argent sale, manipulations et obscurantisme auront été les grands vainqueurs de ce scrutin législatif dans ma circonscription.

4 Réponses à “Khouribga : Elections biaisées et intimidations, comme au bon vieux temps”

  1. fatima zahraa dit :

    salut je peux avoir un nouveau projet de khouribga et leur changements et la nostalgique a son passé d’accord merci a vous

  2. fatima zahraa dit :

    salut a tous est ce que cava je peux avoir un projet de khouribga sur tout les infrastructures et les changements principales et la nostalgique a son passé chez fatima

  3. jamal dit :

    @ Fatima Zahra Expliquez moi en quoi et comment je pourrais vous aider

  4. saadi lamia dit :

    salut je sage femme prve cherche un travail dans un creche ou maison de vieux ou mon domaine mais a khouribga j’attend la reponse merci

Laisser un commentaire