De l’éthique en général et du journalisme en particulier

30 mai 2007

Non classé

almassae.gif titre, sur huit colonnes, à la une de sa livraison du mercredi 30 mai

 » Le père du Ministre de la justice bénéficie d’examens gratuits à l’hôpital Avicenne « 

Le quotidien arabophone Al Massae* nous apprend que Mr Feddoul Bouzoubâa père du Ministre de la justice aurait subi, en novembre 2006, des examens médicaux – une échographie rénale et vésicoprostatique – dont le cout s’élèverait à 1650 dhs. Les dits soins, et je cite Al Massae, auraient été dispensés à titre gracieux au père du Ministre…millionnaire précise le même journal.

Pour étayer son propos, Al Massae joint à son article la copie d’une fiche de liaison interne à l’hôpital. Sur ce document, signé de la main du Professeur Yasser Sefiani, figurent l’ensemble des éléments attestant du bien fondé des assertions d’Al Massae : gratuité des examens et identité du patient mais y figure aussi une information qui relève du secret médical et qui en aucun cas n’aurait du paraitre sur le journal

En effet en consultant le document nous apprenons, et avec nous certainement une centaine de milliers de marocains, si ce n’est plus, que Mr Feddoul Bouzoubâa père du Ministre de la justice souffrirait, et c’est écrit noir sur blanc, d’un néo gastrique ? ( le point d’interrogation de réserve qui suit néo gastrique est d’usage habituel dans la pratique médicale )

En jargon courant, néo gastrique signifie cancer gastrique. On est donc et grâce à Al Massae plus que moins informé sur la nature du mal dont souffrirait le père du Ministre.

Ma question : peut-on au nom de la liberté d’écrire et du droit d’informer faire montre de si peu de respect pour l’intimité de quelqu’un, de surcroit malade, dont on veut à l’évidence atteindre le fils par ricochet ? Assurément non ! Et quand bien même on aurait des choses à reprocher à quelqu’un, ou avoir carrément envie de le descendre, il est des lignes rouges, celles là éthiques, qu’on ne doit, et pour quelque raison qui puisse être, transgresser.

Al Massae aura ainsi réussi la peu glorieuse prouesse de livrer en pâture, à un lectorat avide de voyeurisme en tout genre, un homme très probablement souffrant et au crépuscule de sa vie. Son seul tort : avoir enfanté un Ministre.

Cela dit, sur le reste nous sommes presque d’accord avec Rachid Nini* : un père de Ministre doit effectivement régler sa facture d’hôpital…sauf bien entendu si son médecin traitant décide, et c’est une pratique courante sous toutes les latitudes, de faire usage du pouvoir discrétionnaire qui est le sien et de l’en dispenser. Oui, c’est aussi simple que ça !

Et là non plus nous ne comprenons pas pourquoi Al Massae s’obstine à vouloir aller chercher des poux sur la tête d’un chauve…

* Al Massae : quotidien marocain arabophone tirant à 80.000 exemplaires / jour environ

* Rachid Nini : Directeur du quotidien Al Massae

 

LES ANIMEAUX |
chez Gipsy |
Counter-inquiry |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | momomotus
| Essais SSS
| profitons de la vie, elle e...